TripNTale is the best place to share your travel   Upload Photos Now! X

5 janvier : le tour de l'arnaque

Viewed: 132  

Première activité du Guatemala : tour dans les « tiger cave et visite d’un village maya » organisé par l’auberge.  Après un copieux petit déjeuner à base de pancakes bananes, pastèques  et muesli nous voici prêt pour LA journée la plus atypique…

Tout d’abord, le guide prévu pour nous accompagner n’est pas celui prévu et nous propose le même tour pour 300 quetzal au lieu de 200 parce qu’il ya le retour en lancha. Ceci ne nous intéressant pas étant donné que nous comptons prendre la lancha pour longer le rio dulce et observer par la même occasion le canyon du rio dulce deux jours plus tard. Nous lui expliquons et finalement arrivons à un accord : plan de départ avec le retour par la route. Nous nous retrouvons alors dans une camionnette pick up aménagée (avec des bancs) à monter vers le village maya sur une route non goudronnée biensur sans notre guide qui ne vient pas avec nous ! Sur notre chemin, nous croisons des villageois, des enfants, des  champs de maïs et notre futur guide improvisé : un gamin de 16 ans qui ne parle pas espagnol mais le mam langue maya… pas très facile de communiquer. Nous sentons l’aventure commencer avec bp d’excitation : loin des circuits touristiques classiques nous nous retrouvons tous les 3 dans une camionnette et le chauffeur stoppe sur la route pour siffler un gamin et décrétera qu’il sera notre guide. Il s’arrêtera demander aux habitantes de préparer à manger : les villageois ont l’air surpris de nous voir et sortent tous de leur maison (hutte) pour nous observer… à croire qu’ils ont jamais vu de blancs.. et des blondes ???

Nous arrivons à la fin de la route, nous suivons « notre guide »  pas très bavard sur le sentier qui longe des centaines et de centaines de plans de maïs d’un côté (ou zone défrichée) et la montagne tropicale de l’autre. Le chemin est boueux. Nous arrivons alors à l’entrée de la grotte où nous croisons sur notre chemin quelques ouvriers en plein travaux de construction dont Walter… qui saura notre mentor de la journée ! ils nous explique alors qu’il faut attendre parce qu’il n’a pas la clé… nous comprendrons plus tard qu’il ne s’agissait pas de la clé d’entrée de la grotte (ridicule n’est ce pas ?) mais de la clé du local de village (a 40 minutes de là) où se trouve l’échelle pour descendre dans les caves !!! compliqué tout ça…alors imaginez en espagnol. Pendant que notre jeune guide fait l’aller retour pour ouvrir le local et ramener l’échelle (ne me demandez pas pourquoi il n’y a pas un local à coté de l’entrée de la grotte mettant à disposition l’échelle ? peut être que c’est ce qu’ils étaient en train de construire !!??)Walter nous fait la conversation en espagnol. C’est un jeune homme de 22ans qui est né dans ce village maya mais a vécu quelques années en ville à Livingstone il travaille en tant que guide de façon occasionnelle et fait partie d’une communauté qui protège du mieux qu’elle peut ses fameuses grottes. 1h plus tard, l’échelle est là !

Nous rentrons dans les grottes, plutôt obscures… heureusement que j’ai avec moi ma petite lampe torche dynamo  qui fait du bruit quand je la recharge car au premier passage ils ne nous ont même pas proposé de lampes ! puis finalement, au deuxième passage ils nous escortent avec des bougies !

Nous arrivons au bout de la grotte après moins de 100 mètres et pouvons observer un trou 2 mètres plus bas qui sert de piscine ! nous parons nos plus beaux maillots de bain, nos guides installent l’echelle et nous voici partis dans l’aventure ! après vérification de la hauteur nous choisissons l’option casse cou : le saut ! rien de très impressionnant mais dans le noir dans une grotte cela donne tout de suite un côté mystique à l’expérience. Les guides nous rejoignent et se baignent avec nous. Nous marchons un peu plus loin puis revenons barboter et sauter dans la « piscine noire » avec nos 2 acolytes ! Nous passons un superbe moment en leur compagnie, même si notre espagnol est très basique et que la conversation est limitée finalement l’humour est  universel : il suffit d’un appareil photo waterproof pour tous nous amuser, prendre des photos pendant les sauts, ou dans l’eau, faire des bulles… on se sent comme chez nous..nous n’avons plus l’impression de faire parti d’un circuit touristique mais partageons un moment privilégié avec des locaux !moment innoubliable.

Malheureusement la suite entachera un peu ce souvenir. De retour au village nous nous attendons au repas traditionnel maya prévu avec la cérémonie et le folklore du village. Mais rien de tout cela, nous apprenons que les villageois n’étaient pas au courant de notre venue et n’ont donc rien préparé ! Walter est tout aussi gené que nous mais ne peut rien y faire puisque cela ne se prépare pas à la dernière minute. D’une grande générosité il nous propose de manger chez lui un bon plat de poulet préparé par une amie. Nous nous sentons mal à l’aise quant à la situation : c’est le comble que des touristes (donc riches comparés à eux) se fassent offrir un repas et mangent une partie de leur réserve mais nous avons horriblement faim et nous devons tenir jusqu'à 15h ! nous attendons encore une heure le temps de la préparation du diner. Le coté totalement non organisé du tout qui nous séduisait au début comment un petit peu à nous agacer. Nous essayons alors de comprendre et d’être surs que le village touchera ce qu’il doit gagner pour ce tour et que les villageois ne se fassent pas arnaquer par ce guide qui nous semble bien malhonnête ! 

Nous découvrons alors la vraie vie dans un vrai village maya qui n’est pas reconstitué et « fake » : les maisons ressemblent à des huttes en bois et toit de paille a l’intérieur de la maison, nous marchons à même le sol : sur la terre, au milieu des tas de maïs d’un coté, des hamacs de l’autre. La cuisine se résume à un gros cube en pierre qui chauffe sur lequel les femmes font cuire les tortillas (galette a base de farine de mais), les casseroles sont suspendues. De l’autre coté les hamacs font office de chambre : vous l’aurez compris ici il ya une pièce de  vie et une seule qui mesure environ 15m2. Nous sommes néanmoins surpris de voir dans une maison une chaine hifi et la télé : il ya donc l’électricité ici ! Incroyable il ya même le téléphone portable : mon réseau bouygues ne capte rien mais les mayas peuvent téléphoner du fin fond de leur montagne ! c’est très rustique mais cela ne parait pas pauvre : les villageois n’ont pas l’air de souffrir de la faim : il ya des poules a gogo, des cochons qui se baladent en liberté, du maïs a foison et les enfants ont le sourire ! Ils ont juste 70 ans de retard : vivent de façon rurale, un petit peu en autarcie avec un minimum de confort mais dans le bonheur. 

Après ce repas, walter nous accompagne à l’endroit ou nous devons attendre le bus et nous tiendra compagnie plus de2h… pour un bus qui n’est jamais venu nous chercher ! C’était un tour organisé je le rappelle ! a 17h nous étions toujours au village, heureusement que nous croisons un micro bus qui descend sur livingstone et nous précipitons à l’intérieur ! cette expérience a été plus que mitigée, bien que les mayas étaient absolument adorables et particulièrement serviables prêt a nous aider, nous dépanner et nous faire manger et que la baignade dans les caves étaient très sympa nous avons le très  désagréablesentiment d’avoir été pris pour des pigeons t d’avoir eu affaire à un véritable arnaqueur (encore un peu et on restait coincé au village… avec les poules…baaaaaaaaaaaaaaaaaaaa !quelle horreur !)

Nous en touchons deux mots au manager de l’auberge de façon très calme, qui comprend tout à fait mais ne peut rien faire pour nous vu que nous avons fait l’erreur de payer le guide en main propre avant le tour… il enlèvera alors ce tour de ces promotions touristiques vu que ce n’est plus le même guide qui gère le tour.

Le soir nous décidons de faire un tour dans la ville de livingstone réputée pour son quartier des garifuna : les noirs ç influence caribéenne pour la musique et l’ambiance. Nous rencontrons l’insaisissable  Daniel ou Tiki pour les intimes, gérant du bar garifuna complètement illuminé mais incroyablement gentil. Nous partageons un moment culturel sur la réelle signification de Mona Lisa : représentation des 2 sexes donc  contre la discrimination de l homosexualité : Mona lisa est une homme-femme qui jouit et qui suit du regard tous les visiteurs pour se méfier des agressions anti homo…  oooo oui il a du en fumer des trucs…mais néanmoins la convesation est loin d’être ennuyante et Tiki est certes complètement perché et allumé mais loin d’être idiot. Il nous chante la vie en rose sous le rythme  afro de son jembé et nous partageos un superbe moment d’échange musical : yoann à la tortue (l’equivalent du triangle) anso au maracas didi au gros djembé tiki au petit djembé : fous rires accolades un grand moment de partage et de convivialité !



Comments

Please Login or Sign Up to comment.

or

or


TALA part 9,Livingston

TALA part 9,Livingston, Guatemala



Home Service done the smart way